Une aventure rôlistico-médiévalo-fantastique fantasque
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 En route vers Castellac

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
narrateur secondaire

avatar

Nombre de messages : 799
Date d'inscription : 30/06/2009

MessageSujet: En route vers Castellac   Lun 5 Déc 2016 - 12:39

Le convoi avançait normalement. Cela faisait 2 jours qu’ils avaient quitté Al-Hinna en direction de Castellac. 3 chariots bâchés tirés chacun par 2 énormes percherons. Sur chaque banc, le cocher était accompagné par un homme armé d’une arbalète lourde posée sur ses cuisses. 4 cavaliers légers escortaient l’ensemble, lance rangée à la selle et arbalète légère à la main. Un éclaireur avançait sur un cheval rapide un bon kilomètre en amont du convoi. Dans chaque chariot, un homme d’arme supplémentaire et un serviteur se reposaient. Dans le chariot du milieu, le fondé de pouvoir du marchand qui avait financé ce convoi relisait les carnets de compte pour se tenir éveillé. Allongé dans le chariot de queue, l’homme d’arme, un orc en l’occurrence, ronflait du sommeil du juste. L’arbalétrier sur le banc ronchonnait du bruit qu’il faisait.

"Hé !! Machin ! T’as fini de faire tout ce boucan ? On n’entend que toi là !

Grmmll … M’appelle pas Machin, j’ai un nom !

Un nom trop compliqué à retenir gros malin !

J’vois pas c’ki a de compliqué ? Hékrakunbourpif ! C’est simple !

C’est surtout pas un nom ! Un surnom à la limite !

M’en fous y’me plait !

Si tu veux …
"

Soudain l’un des cavaliers cria un "Cavaliers loups !" qui réveilla tous ceux qui n’étaient pas de garde. L’orc passa la tête par la tenture arrière juste au moment où le cheval le plus proche de lui fut criblé de flèches, jetant son cavalier au sol, KO pour le compte. Le cri d’alerte venait du cavalier de tête mais l’attaque que venait de subir le cavalier de queue était incontestablement menée de derrière.

"On est encerclés ! Faites gaffe !

(Son arbalétrier se retourna une nouvelle fois à l’intérieur du chariot) Dis donc, c’est tes cousins qui nous attaquent, tu nous aurais pas trahi par hasard ?

Déconne pas ! Des hobgob’, mes cousins ? Cà m’f’rait bien chier tiens ! Et puis j’trahis jamais crétin ! C’est pas dans mon style !

Et c’est quoi ton style ?"

Un cavalier fonçait droit ver le chariot, une barre de fer à la main. Visiblement, il avait l’intention de jeter la barre dans une roue du chariot pour la briser. L’orc dégaina une hache de jet et la planta en pleine tête du loup, cavalier et monture partirent dans un roulé-boulé à cause de la vitesse, laissant la colonne vertébrale de l’hobgobelin fracassée par le poids de l’animal.

"C’est çà mon style !

Ah ok j’vois l’genre !"

Le combat s’engagea mais quelque chose clochait. Les méthodes des hobgob’ ne correspondaient pas à ce que l’orc s’attendait à voir. A un moment il repéra 2 assaillants récupérer le cavalier assommé. Ils font des prisonniers ?!? Lorsque soudain une flèche enflammée percuta la bâche du chariot central. Ils ne viennent pas pour nous piller ?!? L’incendie commençait à se propager à toute la bâche tandis que les occupants se jetaient hors du chariot. Mais à quoi ils jouent ? Après quelques secondes, une détonation de tous les diables retentit et des morceaux de chariot et de chevaux volèrent dans tous les sens. Un baril de poudre naine était stocké parmi les marchandises du chariot. A partir de là ce fut le chaos.

… …

Lorsque l’orc reprit ses esprits, quelques hobgobelins jetaient les mercenaires et les serviteurs en travers de leur selle et repartaient promptement. Au centre, 2 de ces vicieux maintenaient debout le fondé de pouvoir. Face à eux, un gobelours juché sur un warg riait à gorge déployée. Les oreilles de l’orc sifflaient encore mais il put entendre la conversation.

"… Non petit homme, tes marchandises ne nous intéressent pas !

Mais … mais mon maître peut payer la rançon !

Pas de rançon ! Nous ne sommes ni des pillards, ni des rançonneurs !

Mais alors pourquoi ?

Tes gardes feront de très bons esclaves ! Quand au reste … bah on saura bien les utiliser à quelque chose !
"

L’administratif semblait au comble de la consternation alors que le gobelours jubilait. Il devait certainement s’agir du chef de la bande des assaillants. L’orc vérifia discrètement son équipement. Les cavaliers évacuaient en bon ordre les uns après les autres. Visiblement, ils n’avaient pas l’intention de s’éterniser.

L’orc se leva d’un bond et balança une hache de jet qui frappa l’un des 2 hobgobs en plein dos. L’autre commençait déjà à se retourner en lâchant l’humain mais une autre hache le cueillit en pleine poitrine. L’humain s’écroula tandis que le gobelours faisait faire demi-tour à sa bête pour être face au malotru.

"Comment oses-tu l’orc ? Pourquoi défendre ces humains ?

Je défends mon gagne-pain ! J’ai un contrat avec ce p’tit gars !

Rejoins-nous ! L’armée des géants t’accueillera à bras ouverts !

Bon écoute, j’embarque celui-là et tu nous oublies, çà te va ?

Arrête de te la raconter ! Si tu n’es pas des nôtres, tu ne mérites pas de vivre !

Ah ben voilà, il a pas duré longtemps le joli discours, déjà les menaces !"

L’orc défit 2 sangles dans son dos et dégagea sa hache double. Le gobelours lui dégaina son énorme sabre dentelé.

… …

Lorsque l’humain reprit ses esprit, il se retrouva nez à nez avec le visage du gobelours. Son hurlement prévint l’orc qu’il venait de se réveiller. Il l’attrapa par la nuque pour éloigner son visage de l’autre. Il était en travers de la selle du worg, tenu par l’orc qui cavalait à vive allure. La tête tranchée du gobelours était accrochée au pommeau de la selle.

"Aaahhh c’est quoi çà ?

Trophée !

Hein ?

Il m’a bousillé ma hache double ! Alors j’ai le droit !

On va où ? Où sont les marchandises ?

Oublie les marchandises, ils ont tout brulé !

Et les hommes ?

Ceux qui n’ont pas été tués ont tous été enlevés !"

L’humain réalisa que le bras gauche de l’orc pissait le sang, çà coulait doucement sur ses propres vêtements et le flanc de la bête. Il apperçut le sabre du gobelours accroché sur le côté

"Ton bras !

Cà va ! Je tiendrais !

C’est son arme çà ?

Ouais ! Butin de guerre ! Pour remplacer ma hache double !

Mais pourquoi ….

… Je t’ai sauvé ?

… Oui …

Toi vivant, j’ai encore des chances de toucher ma paie ! Si je t’avais pas sauvé, je pouvais faire une croix sur mon boulot !

Tu nous emmènes où ?

On fonce à Castellac, c’est là que ton patron nous attend ! Et comme je ne sais pas d’où venaient ces esclavagistes, je tente pas le coup de refaire demi-tour jusqu’à Al-Hinna !

C’est bon, je vais mieux, je peux me redresser !

Ok !"

L’orc fit passer l’humain en selle derrière lui. Il fit partir le worg aussi vite qu’il pouvait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
narrateur secondaire

avatar

Nombre de messages : 799
Date d'inscription : 30/06/2009

MessageSujet: Re: En route vers Castellac   Mer 28 Déc 2016 - 13:00

A force de galoper, la bête arriva avant la fin de la journée en vue d’un relais fortifié. L’homme conseilla à son garde du corps de ralentir l’allure et d’agiter quelque chose de blanc, compte tenu de l’aspect de leur équipée (surtout celui de leur monture en fait). L’orc n’avait rien de blanc sur lui alors son co-cavalier sortit un mouchoir et l’agita en espérant qu’il soit visible des créneaux du relais.

Une flèche se planta devant le warg dans l’herbe. Hékrak’ tira sur les poils de la nuque du warg qui se freina en dérapant comme un félin.

"Holà ! Identifiez-vous ! Ou nous ouvrons le feu !

Ah c’est bon à savoir, ils n’ont pas encore ouvert le feu, murmura l’orc en regardant la flèche au sol.

Nous sommes les seuls survivants d’un convoi marchand qui venait d’Al-Hinna, répondit l’humain, mon garde du corps est blessé, pouvons-nous nous abritez chez vous pour la nuit ?

Et la bête ?

Nos chevaux comme notre cargaison sont perdus, il l’a prise au chef de la bande de pillards !

Ok ! Approchez ! Mais lentement !

Merci !"

Hékrak fit repartir le warg au petit trot. Soudain, un bruit attira son attention derrière lui. Quelques hobgobelins montés jaillirent de la lisière d’un bosquet au triple galop.

Salopards ! Ils nous ont suivis ! "Héé les mecs ! Ceux là sont pas avec nous ! Ce sont les pillards ! C’est le moment de tirer à vue !"

Hékrak’ fit partir sa bête aussi vite qu’il put pour ne pas être rattrapé tandis qu’une volée de flèche passait au dessus de leurs têtes. Plusieurs impacts au sol près d’eux dans leur dos l’informèrent que les hobgob’ avaient riposté mais que eux visaient son warg.

"Je crois qu’ils t’en veulent d’avoir tué leur chef !

Rancuniers les salauds !"

Arrivés devant la porte de la cour, celle-ci ne s’ouvrit pas. Les 2 cavaliers descendirent du warg.

"Passe entre le warg et la porte, planque-toi et si çà s’ouvre, fonce dedans !

Et toi ?

Je te couvre !
"

L’orc passa devant le warg, tenant fermement le grand sabre du gobelours, prêt à recevoir ses assaillants. Certains étaient déjà tombés, d’autres finirent par renoncer et repartaient mais 2 d’entre eux réussirent à arriver jusqu’à la palissade fortifiée. Ils descendirent de monture pour pouvoir approcher du binôme collé aux murs. Les autres hobgobs eurent moins de chance, à découvert, même en fuyant au galop, les flèches les cueillirent un par un. Le premier assaillant tomba, terrassé d’un coup mais l’autre en profitait pour porter un coup en traitre. Il fut alors stoppé en plein élan, grimaçant, une dague de jet dans le bras. Il regarda furieux l’humain mais cela avait laissé le temps à Hékrak’ pour se retourner et il l’abattit à son tour. Ils se firent un clin d’œil.

C’est alors que la porte de la cour s’ouvrit lentement. 2 garçons de ferme apparurent, arc bandé en main, prêts à tirer au moindre geste suspect.

"Cà va, vous deux ?

De justesse mais oui, merci !

C’était vos assaillants ?

Oui et avec du bol, vous nous avez débarrassés des derniers !"

Le fondé de pouvoir n’eut aucun mal à produire les papiers prouvant son identité et sa mission ainsi que le contrat d’engagement de l’orc. La femme du patron s’occupa de soigner la blessure d’Hékrak’ pendant que son mari préparait un repas chaud aux deux naufragés.

Hékrak’ échangea le warg pour un cheval, monture plus adaptée pour qui voulait rentrer dans Castellac. Après une bonne nuit, ils purent repartir, droit sur la cité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
narrateur secondaire

avatar

Nombre de messages : 799
Date d'inscription : 30/06/2009

MessageSujet: Re: En route vers Castellac   Lun 9 Jan 2017 - 13:53

La route plein sud fit place à une route mieux entretenue allant droit vers l'est, direction Castellac. Vers la fin de la journée, ils atteignirent un relais plus grand et nettement moins fortifié. En même temps, on se rapprochait de Castellac et des patrouilles et vu le passage qu'il y avait dans ce coin, aucun groupe ne devait passer inaperçu.

Ils avaient eu raison de changer de monture, un cheval, çà n'attire pas l'attention et ils furent accueillis sans problème, un palefrenier récupéra le cheval et ils entrèrent dans la salle commune.

Le fondé de pouvoir commanda 2 plats du jour et 2 pintes et ils s'installèrent à une table.


[suite dans En route vers Halarahh]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: En route vers Castellac   

Revenir en haut Aller en bas
 
En route vers Castellac
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Cartes] {La Route vers Fondcombe} Région Inexplorée/Sentinelle Endormie/Embuscade Orque/Poursuite Nocturne - Réponse de Dadajef [Résolu]
» En route vers les abysses
» [La Route vers Fondcombe] Discussion générale
» La route vers le... 6ème sens
» Comment faire des remparts, des tours, des terrasses.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jeu de rôle sur papier gratuit :: Les Archives :: Sujet clôturé-
Sauter vers: